Les maladies des poules les plus répandues, leurs symptômes, leurs traitements

0
131

Elle présente les principales affections dont peuvent être victimes, de nos jours, nos élevages.

Il faut savoir que l’hygiène, la propreté et certaines prudences (quarantaine des nouveaux animaux, interdiction de votre élevage aux personnes étrangères à celui-ci, lutte contre les rats et souris…) éviteront bien des malheurs.

Autre conseil : il ne faut pas soigner à l’aveuglette. En cas de doute, consultez un vétérinaire.

LES MALADIES

Les virus et maladies de nos poules

La maladie de Newcastle (aussi appelée « peste aviaire »)

C’est une affection foudroyante et très contagieuse.

Rares sont les survivantes et si une poule survie à la maladie, elle présentera souvent des séquelles.

La maladie  se manifeste par une septicémie brutale: forte fièvre, perte d’appétit, forte soif, plumes hérissées, dos rond, troubles respiratoires et nerveux.

Il n’y a pas de traitement, mais il existe des vaccins. Les jeunes poussins peuvent être vaccinés dès la naissance  avec  des rappels réguliers.

La maladie de Marek

Elle est également très redoutable. On en parle peu, mais elle est très présente dans nos petits élevages.

Les vaccins ne sont pas toujours efficaces. De plus, ils sont souvent vendus en 10 flacons de 1000 doses : l’industrie vétérinaire ne pense pas à nos élevages, mais plutôt aux élevages intensifs !

La maladie de Marek peut se présenter sous trois formes:

– la forme nerveuse ou paralysante qui affecte surtout les jeunes. La poule se paralyse d’une patte, d’une aile, parfois des deux

–  la forme digestive avec des tumeurs qui peuvent apparaitre  sur divers organes internes

– la forme oculaire qui provoque une déformation de la pupille, une décoloration de l’œil, puis la cécité

La maladie d’Aujeszky

Cette maladie à une évolution rapide et la mortalité est très élevée.

Elle se présente par des tremblements, de la perte d’appétit, de la somnolence, la crête et les barbillons bleuâtres, de la toux et des difficultés respiratoires.

Il est vivement recommandé de tuer  les poules infectées et de faire vacciner les poussins.

La coccidiose

C’est une maladie parasitaire qui se manifeste par une anémie chronique et des diarrhées qui peuvent être parfois sanguinolente.

Elle atteint souvent les poussins qui sont à l’étroit dans un abri peu aéré et sale. Elle peut parfois être due au changement de nourriture. Cette maladie est moins mortelle chez les poules adultes mais peut entraîner un amaigrissement et une baisse de la ponte.

Pour la soigner, vous pouvez utiliser des antibiotiques ou des anti-coccidiens dans la nourriture qui peuvent servir préventivement ou curativement.

La coccidiose est une maladie grave qu’il convient de traiter rapidement. Heureusement, les produits mis à notre disposition sont nombreux et assez efficaces.

La typhose (pour la poule) ou la pullorose (pour le poussin)

C’est une maladie qui le plus souvent atteint les grands élevages. Chez le poussin, elle se manifeste par une diarrhée blanche et provoque une mortalité élevée. Chez la poule, elle se décèle par une diarrhée verte, une soif excessive et une baisse de la ponte. Pour l’arrêter, vous devez mélanger à la boisson du permanganate de potassium.

Le coryza

Pour soigner les poules, il faut utiliser des antibiotiques. La vaccination de la poule permet d’éviter cette infection.

La guérison de certains sujets est parfois surprenante et intervient en 48 heures, mais d’autres sujets peuvent être affectés par ce coryza pendant bien plus longtemps.

LES PARASITES INTERNES: les vers

Les vers sont transmis par les limaces et les insectes et sont surtout présents dans les élevages en plein air. Vous pouvez le déceler grâce à un retard de croissance, une forte de consommation de nourritures, et au fait que vos poules résistent moins aux maladies et pondent moins.. .

Le traitement contre ces parasites se fait à l’aide de vermifuges polyvalents. Préférez les traitements individuels sous forme de pastilles (que l’on met directement dans le bec de la poule). On conseille souvent 2 traitements par an : un avant l’hiver et un autre après.

LES PARASITES EXTERNES

Les poux

Appelés vulgairement « poux », ces parasites sont une réelle gêne pour les volailles.

Surveillez le plumage de vos poules, surtout autour de l’anus : si vous voyez des « petites bêtes noires ou rouges » ainsi que des nids, il vous faudra agir !

Le traitement consiste à appliquer une poudre insecticide vétérinaire.

La gale des pieds

C’est la cause d’un acarien qui s’installe sous les écailles des pieds.

Vous remarquez des croûtes blanches sur les pattes de vos volailles.

Pour soigner la poule, il faut badigeonner les pattes avec du pétrole ou de la glycérine iodée.

LES AUTRES PETITS MAUX

Le piquage

Les poussins s’amusent parfois à se piquer en se donnant des coups de becs.

Cependant, lorsqu’une goutte de sang apparaît, les coups peuvent devenir plus violents et peuvent occasionner la mort du poussin attaqué. Cela est fréquent chez les poules aussi. L’origine le plus fréquent de ce phénomène est l’ennui ou l’inactivité. Il est donc parfois nécessaire d’agrandir leur parcours herbeux et de les nourrir avec davantage de verdures.

Le poids anormal élevé

C’est un problème courant  dans les petits élevages lorsque les animaux mangent de trop. Le meilleur traitement est de leur éparpiller leur nourriture dans l’herbe de façon à les forcer  à picorer en faisant de l’exercice.

=> La bonne hygiène du poulailler participe à éviter de telles maladies ou parasites.

De plus, il faut empêcher aux prédateurs l’accès à votre élevage et éviter les contacts étrangers car ceux peuvent être porteurs de microbes ou de virus.